Vous ne pouvez pas créer de nouvelle commande depuis votre pays : United States

Une diversité insoupconnée

Pour faire de grands champagnes, il faut d'abord de beaux raisins. C'est pourquoi nous avons adopté une philosophie de travail respectant la nature et nos sols, donc nos raisins et nos champagnes.

Nous travaillons un peu plus de 6 hectares de vignes répartis sur 7 villages dont 1/3 en premier cru et quelques parcelles grand cru.

Les parcelles

Nos villages : Janvry, Vrigny, Rosnay, Gueux, Chenay, Verzy, Faverolles-et-Coëmy et Savigny sur Ardres sont répartis majoritairement sur la petite montagne de Reims, le massif de saint Thierry, la vallée de l'Ardre et la grande Montagne.

Nos sols

Nous avons beaucoup de sols argilo-calcaires mais également des sols à base de limons argileux voir de limons sableus comme à vrigny d'où provient la cuvée Terroir 1er cru vieilles vignes. 

Les couches de calcaires sont relativement peu profonde laissant peu de place à la matière organique et aux racines comme en témoignent nos murs du domaine faits à partir de calcaire local en morceaux typique (moellons où l'on aperçois les traces des crustacés de l'antique mer recouvrant toute la champagne ou bien les briques traditionnelles taillées également en calcaire et lissées afin de faire les arches de portes.

Un travail traditionnel et respectueux

Parce qu'être vigneron pour nous ne consiste pas à cultiver la vigne mais plutôt à l'encourager à donner le meilleur d'elle même, de la soigner, de s'en occuper comme on le ferait avec un enfant, nous ne cherchons pas le "rendement" à tout prix mais plutôt à trouver l'équilibre entre les possibilités agronomiques, gagner notre vie et produire des raisins de qualité.

Et c'est pour toutes ces raisons que 70% de nos parcelles sont retravaillées soit à l'intercep, soit au cheval.

Cette année le travail au cheval représente une seule parcelle mais quand même 5% du total de notre vignoble. Nous espérons pouvoir augmenter cette surface tous les ans. Voir un cheval dans les vignes me rappelle les débuts de mon grand père, c'est un retour aux durs labeurs et étant sans moteur, la relation à la terre et aux vignes est beaucoup plus intense ! On se sent comme liéés...

Pour ne pas perturber l'éco-système dans la terre de nos vignes mais plutôt le développer, cela fait plus de 10 ans que nous n'apportons que des engrais d'origine organique et même maintenant uniquement des amendements organiques provenant de bovins des Alpes afin de développer la quantité et la qualité de la matière organique.

Enherbement de nos vignes pour développer l'éco-système autour de nos vignes et la bio-diversité, cela favorise également la pousse verticale des racines et non plus horizontale. Conséquence : on gagne en expression du terroir et la vigne soufre moins d"une éventuelle sécheresse en allant puiser ses ressources plus profondément. L'herbe évite également les coulées de boue et aide au maintient du sol.

Pendant la période hivernale nous taillons les vignes. Les bois coupés sont ensuite rassemblés pour être broyés sur place et augmenter le taux de matière organique. Ce qui vient de la terre retourne à la terre

Janvry a été un des premiers villages à passer sous confusion sexuelle. Aucune connotation la-dedans ! C'est une technique qui permet de ne plus utiliser d'insecticides. Nous le pratiquons sur toutes les parcelles où c'est possible et pour le reste nous nous reposons sur la nature.

Les tracteurs sont très pratiques et permettent une avance fiable et rapide. Le gros inconvénient est leur poids et leur consommation. C'est pourquoi aujourd'hui sur notre vignoble aucun engin lourd (plus lourd qu'un cheval de trait) ne passe pour broyer les bois, diffuser les amendements ou travailler le sol.

L'ébourgeonnage est praatiqué sur toutes nos parcelles, afin de limiter les entassements de feuillages inutiles et accaparer de la sève qui ne servira pas aux raisins.

En 2017, c'est 1/3 de nos parcelles qui sont conduites selon les principes de la viticulture biologique. Ce sont les parcelles qui rentrent dans les assemblages de nos plus belles cuvées (Millésimes, Sublime Chardonnay, La Part des Anges) et cette surface augmente chaque année dans la mesure du possible.

Dans chaque parcelle nous faisons une dégustation de baie quelques jours avant vendanges afin de déterminer le potentiel de chacune. C'est ce qui nous permet en amont de faire une pré-sélection pour chaque future cuvée et pour éventuellement faire un parcellaire : une parcelle + une année = une cuvée exceptionnelle.

Une fois toutes ces étapes réalisées, vient ensuite les vinifications. Elles sont le plus naturelles possibles également avec beaucoup d'essais comme dans nos vignes. Nous avons choisi de ne plus filtrer ni passer au froid nos champagnes afin garder toute les caractéristiques propres à notre domaine et notre vignoble.

Sur certaines cuvées comme le Sublime Chardonnay ou La Part des Anges, des poignettages sont réalisés tout au long de leur vieillissement. Cette technique d'un autre temps favorise l'autolyse des levures et donc le développement de la complexité et des arômes de nos champagnes.

Les dosages sont faibles quasiment tous extra-brut (0-6 grammes par litres) afin de garder toute la fraicheur de nos champagnes et ne pas développer un gout artificiel de rondeur ou de sucré. Nous adaptons le dosage au vin et non pas le contraire !


Accept

Pour une meilleure expérience utilisateur, ce site utilise des Cookies.